DIY-Conception d’une console analogique studio 500 Series-Part 01

Choisir une console d’enregistrement

Pour les besoins du studio, j’ai longtemps cherché une console regroupant des critères bien définis :

  • 8 groupes stéréo
  • Mixage stéréo et 5.1
  • 2 types de sommation, une neutre et une plus coloré
  • Préampli micro apportant de la couleur aux prises
  • Préampli ligne relativement droit (type SSL)
  • Noise gate par piste, très précis.
  • Patchbay au format TT pour les entrées/sorties et les inserts.
  • Automation des faders
  • Surface de contrôle DAW
  • Possibilité d’utiliser les VU-mètres en monitoring du DAW
  • Coût raisonnable

 

Après avoir comparé bon nombre de consoles telles que Trident, SSL, Midas, Neve mon choix se porte vers la marque API.
On y retrouve différents modèles tels que API Lagacy, API 1608 ou encore API Vision, cette dernière étant très adapté post-production.

Concernant le prix, même sur une console d’occasion  je suis hors budget, sans compter le risque de devoir passer du temps en maintenance ou en réfection.

 

http://vintageking.com/api-legacy-consoles

 

De là est née l’idée de la fabriquer moi-même une console au format 500 series, d’autant que l’offre dans ce format n’est pas très fournie.

 

Design du châssis 500 series

La conception 3D du châssis m’a pris environ 220 heures :

    • étude du nombre d’emplacements (Slots) nécessaires
    • les cornières taraudées qui supporteront les modules 500 series, ainsi que toutes les autres façades (EQ, Compresseurs, préamplis, surface de contrôle)
    • le design de la joue latérale, élément clé en terme d’identité visuelle.
    • Les panneaux d’habillage, y compris les réservations pour les différentes prises.
    • Les passes-câbles qui nécessitent un certain nombre de réservations dans les plaques aluminium, réalisées en découpe laser.

 

Chaque side-car se compose de 8 slots 500-series de large sur 5 rangées de haut, avec en bas l’emplacement des faders motorisés et de la surface de contrôle.
Niveau Slot, on se retrouve avec le même principe que les lunchbox API, à plus grande échelle.
Console analogique 500 series - Side Car 8 pistes

Cela permet aussi de faire évoluer la console dans le temps, si le besoin d’avoir plus de pistes se fait sentir.

 

Principe de montage

La technique prévue pour le montage du châssis est simple mais robuste :
On emboite perpendiculairement des plaques d’aluminium dans des joues latérales, puis on visse des cornières de part et d’autres pour renforcer l’ensemble.

Les grandes cornières sont pourvues d’un pas de vis et servent à maintenir les façades des différents modules (500-series, fader, surface de contrôle, VU-mètre ) ainsi que toutes les tôles d’habillages mais aussi les PCB fond de panier où se situent les connecteurs des modules 500-series.

En parvenant à réutiliser les mêmes supports pour différents éléments de la console, on arrive à réduire les coûts de fabrication.

 

L’ergonomie de la console

La console est l’élément central du studio, autant d’un point de vue sonore que pratique.
Quand on est devant 10h par jour, on a tout intérêt à réfléchir l’ergonomie de la console, afin de ne pas devoir trop allonger les bras pour chercher les commandes les plus utilisées,
y compris dans la section master où l’organisation des fonctions doit être intuitive.

La position des genoux afin d’être « encastré » dans la console fait gagner environ 30cms de profondeur, le positionnement de la section master et du patch TT, l’angle donné aux VU-mètres pour faciliter leur lecture… 
Console analogique 500 series - Profil

 

Commercialisation d’une console 500 series ?

Vu l’engouement porté actuellement aux modules 500-series , je réfléchi très fortement dans un premier temps à la commercialisation du châssis sous différentes longueurs, puis dans un second temps proposer les modules fader, surface de contrôle, vu-mètre, les cartes de sommation …

Il ne reste qu’à réaliser une étude de marché et présenter le prototype.
Si vous êtes intéressé ou souhaitez participer au projet, vous pouvez me contacter par mail : contact@82Studio.fr

 

DIY – Installation kit Kelly Shu dans grosse caisse batterie

Présentation des kits Kelly Shu Pro & Flatz

Le kit Kelly Shu est un support de microphone grosse caisse composé d’une pièce métallique ou composite supportée par des sangles élastiques.

Sa conception lui permet d’isoler le microphone des vibrations parasites du kit de batterie et de la scène, contrairement à un pied de micro standard. 

Il existe en plusieurs versions dont la PRO pour Shure Bêta 52a et FLATZ pour Shure Bêta 91a disponible au 82Studio, même si l’esthétique est différente, le principe restant sensiblement le même.

Pour les plus téméraires il est possible de percer le fût et d’y installer une prise XLR en châssis, ce qui évite de passer les câbles par l’évent en façade, option peu esthétique et source d’éventuelles vibrations.

 

Les Atouts en studio d’enregistrement et en live

Dans le studio, l’intérêt principal est un gain de place non négligeable en supprimant un à deux des nombreux pieds de micro nécessaires aux prises de sons . Il permet aussi de conserver un positionnement optimal du micro dans la grosse caisse.

J’ai aussi observé un gain de temps considérable lors de l’installation des batteries, d’autant qu’en règle générale, j’utilise deux micros différents plus un subkick.

Autre point important, le fait d’installer le micro à l’intérieur du fût l’isole en partie du reste du kit, réduisant ainsi la repisse des autres éléments.

En live, il est possible de déplacer le bassdrum en conservant sa configuration.

Détail scénique intéressant : le kit Kelly Shu offre une visibilité de votre logo sur la peau de résonnance impossible à obtenir avec un pied de micro standard.

 

Kelly Shu, un support de micro indispensable ?

Vous l’aurez compris, le Kelly Shu offre de belles perspectives et des solutions techniques réellement intéressantes, il permet de régler un certain nombre de problèmes sans compter le temps économisé pour installer une scène lors des tournées, le luxe de posséder un bassdrum plug & play.

On aura plutôt tendance à l’utiliser en prise de son de proximité sur un bassdrum typé rock ou métal, les enregistrements de grosse caisse jazz demandant plus d’air et de réalisme.

Il serait intéressant de retrouver ce système pour les toms, mais Kelly Shu ne propose pas encore ce produit. La marque DWdrums vends les supports MAY mais le prix exorbitant n’est absolument pas justifié, je travaille actuellement sur le prototypage d’un Kelly Shu plus petit pour tom, le système de sangle étant disponible à l’achat sur le site du fabriquant : www.kellyshu.com.

 

Catégories DIY, Matériel||